• Directeur : M. Cutino
    Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    Tél : 03 68 85 68 85
  • Directrice adjointe : M. Iribarren
    Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    Tél : 03 68 85 68 85

 

L’Équipe d’accueil strasbourgeoise de Théologie catholique et de Sciences religieuses (EA 4377) est le fruit d’une histoire longue et complexe, au début de laquelle se place le CÉRIT, “Centre de recherches interdisciplinaires en théologie”, qui a été fondé en 1972 et agréé par le Conseil scientifique de l’Université Strasbourg II. La création du CÉRIT répondait à l’origine à la volonté de fédérer des recherches jusqu’alors exclusivement disciplinaires, de les ouvrir à de nouveaux courants théologiques et aussi au dialogue avec les sciences humaines (alors en plein « tournant linguistique »). De fait, les premiers travaux de ce centre se placent résolument dans une perspective herméneutique. En effet, le CÉRIT était censé représenter le versant « spéculatif » de la recherche menée au sein de la Faculté de théologie catholique, l’autre versant étant réputé « positif ». Cette distinction a été bientôt remise en cause et les programmes entrepris par la suite ont établi des transversalités dans les grands domaines du savoir (histoire, économie) et confronté la théologie avec la philosophie et les sciences humaines autour de certaines notions fondamentales (la vérité, le pouvoir, la vie).

La réorganisation des domaines de recherche internes à la Faculté de théologie catholique a conduit ainsi ensuite à distinguer trois équipes d’accueil intégrant des doctorants : en sciences bibliques, en droit canonique et en théologie au sens large, cette dernière équipe étant confodue avec le CÉRIT. À cet égard, 2009 est une importante année de transition. Tandis que se met en place l’université unique (UdS : Université de Strasbourg), l’équipe de droit canonique (anciennement EA 3404) rejoint le Centre PRISME-SDRE (UMR 7012) et les deux équipes de sciences bibliques (EA 2328) et de théologie catholique (EA 1343) fusionnent au sein de la nouvelle équipe de théologie catholique et de sciences religieuses (EA 4377).

L’Équipe d’accueil strasbourgeoise de Théologie catholique et de Sciences religieuses (EA 4377), montre bien par son intitulé la convergence, en son sein, entre disciplines discursives philosophico-théologiques et disciplines positives biblico-historiques, fruit de la fusion, à partir de 2009, de l’Équipe d’accueil de théologie catholique (EA 1343) et de celle d’exégèse biblique (EA 2328).  À ce jour, l’EA regroupe 29 membres titulaires (22 enseignants-chercheurs statutaires, et 7 émérites), distribués substantiellement en trois grands thèmes, articulés à leur intérieur en plusieurs axes et/ou sous- équipes, encadrant presque 60 doctorants en différents domaines :

– le thème « Sciences bibliques », comprenant en particulier le groupe de recherche sur la Septante et celui qui s’occupe de « Recherches exégétiques en Nouveau Testament » ;

– le thème « Sciences Historiques », constitué de deux équipes, l’ERCAM et l’ERCAL, qui s’occupent de l’étude respectivement du christianisme ancien et médiéval, et du catholicisme contemporain en Alsace-Lorraine, et des apports de recherches en archéologie et iconographie chrétiennes et en histoire des religions ;

– le thème « Philosophie, Théologie et Représentations sociales », articulé à son intérieur en plusieurs axes, l’axe Philosophie, l’axe Éthique, l’axe Théologie systématique et l’axe Théologie pratique et Pédagogie religieuse.

La polymorphie d’approches épistémologiques représente bien la pluridisciplinarité qui doit nécessairement caractériser la Théologie universitaire. Ces intersections exigent, d’être valorisées à travers des programme transversaux de recherche : c’est pourquoi à partir de cette année académique l’équipe s’est douée aussi d’un thème transversal commun pour le quinquennal en cours, « Le corps comme lieu théologique en christianisme », qui sera articulé en séminaires de recherche et événements organisés (journées d’études, colloques,..). 

Par ces caractéristiques, l’EA 4377 se propose comme mission prioritaire d’aborder, dans une perspective toujours inter- et pluridisciplinaire, les grandes questions concernant le positionnement des religions, notamment dans le cas spécifique du catholicisme, par rapport à la société contemporaine, et la compréhension historique de la genèse et du développement du christianisme, en particulier dans sa déclinaison catholique. Ainsi les thématiques traitées par les enseignants-chercheurs de l’équipe touchent des nœuds essentiels et actuels, comme, par exemple, la question de l’identité religieuse dans son élaboration à partir de l’Antiquité, la coexistence et le dialogue entre plusieurs religions, le rapport entre religion et société et entre le religieux et les autres savoirs, et plus spécifiquement la place de la théologie dans la société contemporaine, à partir d’un examen des conséquences apportées par l’événement qui a marqué l’Église catholique de la seconde moitié du XX s., le Concile Vatican II, et le questionnement de philosophie des religions, avec une attention toute particulière pour le théologico-politique à l’heure de la mondialisation et de l’interreligieux.

Partant de cette identité interne, l’EA déploie ses recherches selon une collaboration continue avec les autres composantes et les autres disciplines des SHS, apportant sa contribution spécifique à toutes les initiatives scientifiques issues des sciences humaines : il suffit de rappeler que des membres de cette EA font partie des promoteurs de la recherche adossée à des nouvelles formations innovantes créées dans l’université strasbourgeoise, comme le MIMA et le MEMI, ou le Master interreligieux et société. Les membres de l’unité collaborent ainsi de façon systématique avec des collègues des autres facultés dans notre université et ailleurs : théologie protestante, philosophie, pédagogie, psychologie, lettres classiques, lettres modernes, histoire, médecine, économie. En ce qui concerne plusieurs axes de notre EA, cette collaboration est institutionnalisée et consiste à organiser des séminaires ou des sessions de travail commun. Cette collaboration permet ainsi de conjuguer les méthodes et les savoirs, tout en reconnaissant les limites imposées à chaque discipline, et de créer des antidotes contre la simplification, l’unilatéralité, l’idéologie.